L'après Coupe de France. Article Sud-Ouest.

10 octobre 2016 - 15:19

La hiérarchie a été respectée

Les Bergeracois ont mis quarante-cinq minutes pour prendre la mesure de leurs adversaires. 

Comme lors du tour précédent (victoire 1-4 à facture/Biganos), les Bergeracois ont dû attendre la seconde période pour faire la différence. Mais ils ont assuré l'essentiel après la pause et se qualifient logiquement pour le 6e tour.

Hier, le match a tenu toutes ses promesses. Quatre divisions séparent Talence et Bergerac, mais les Girondins ont tenu la dragée haute aux hommes de Fabien Pujo. En difficulté en première période face à une équipe locale bien organisée et sans complexe, les Périgourdins ne se sont pas procurés d'occasions franches. La seule situation dangereuse est d'ailleurs à l'actif des banlieusards bordelais, sur un tir de Peraudeau capté par René Dolivet (33e). Le BPFC a dû patienter jusqu'au deuxième acte pour ouvrir le score et se mettre enfin à l'abri. Deux buts inscrits par Benjamin Lacrampe, bien en jambes, sur un corner de Evan Chevalier (51e) et Grégory Covin sur un coup franc direct à l'entrée de la surface (54e), ont permis aux joueurs de Fabien Pujo de mieux gérer la suite de la rencontre. « On était pleins de bonnes intentions, mais l'adversaire était de qualité, bien organisé en première mi-temps, ils nous ont laissé peu d'espaces, explique l'entraîneur du BPFC. En seconde période, on fait mieux dans les intentions et ça se concrétise par deux buts. » 

Talence y a cru

Des occasions pour mettre le troisième, Bergerac en a eu, comme sur le tir de Covin qui s'écrase sur la barre transversale (79e). De l'imprécision du côté de Bergerac, conjuguée à la réduction du score de Talence par Fikrat de la tête (1-2, 83e), entretient l'espoir dans les rangs talençais.

Un espoir cependant crucifié dans les arrêts de jeu par Terrence Pinto qui place sa tête sur un coup franc de Chevalier. « Les matches de Coupe, c'est toujours compliqué, peu importe l'adversaire, souligne le capitaine bergeracois Mamadou Kamissoko. C'était une équipe organisée, mais ça a fini par se décanter et on a eu de l'espace pour marquer. »

Fabien Pujo lui, retiendra l'abnégation de ses joueurs : « L'équipe n'a rien lâché jusqu'à la fin. On est au tour suivant, on ne s'est pas fait piéger, la dynamique continue. »

Commentaires